Salicorne 

  

Non, la salicorne n'est pas issue du croisement entre une salamandre et une licorne. 

C'est tout à fait autre chose. 

Sansouire 

  

En moyenne et basse Camargue, entre marais et étangs, les sansouires forment une mosaïque de terrains plats peu élevés (entre le niveau de la mer et 50 cm) recouverts d'une végétation buissonnante typique : les salicornes qui, comme leur nom le suggère, poussent sur des sols salés. 

La salicorne est comestible et se mange crue ou cuite, en salade ou en accompagnement d'une viande, comme des haricots verts. Elle est d'ailleurs surnommé haricot de mer. Elle est charnue et salée. 

 

 

Les sols des sansouires, constitués par des limons fins, doivent leur salinité à la présence d'eaux souterraines plus ou moins salées et peu profondes. L'intensité des remontées capillaires de sel est fonction de la salinité de la nappe aquifère et de sa profondeur. 

  

L'action conjuguée du sel et de la cote du sol permet de distinguer les sansouires hautes des sansouires basses. Les premières, également appelées enganes, sont modérément salées. Elles sont couvertes d'une végétation buissonnantes relativement haute et dense où domine la salicorne ligneuse (salicornia fruticosa) aux côtés d'autres halophytes (saladelle, obione, inule, soude). Les secondes, nettement plus salées, portent une végétation de salicorne glauque (arthrocnemum macrostachyum) d'autant plus rase et clairsemée que les remontées salines sont importantes. Celles-ci peuvent être telles que le sel cristallise à la surface du sol : c'est le salant qui forme en été des plages de sol nu d'un blanc éclatant. Les sansouires les plus basses sont le plus souvent inondées en hiver et, lorsqu'elles s'assèchent  en plein été, leur sol se couvre de fentes de retrait au fond desquelles se réfugie la petite faune invertébrée qui y trouve fraîcheur et humidité. 

  

Les sansouires sont l'un des habitats les plus caractéristiques de Camargue, pouvant former sur des centaines d'hectares des tapis moutonnants d'une végétation dont la couleur vire du vert au rouge en plein hiver. Elles servent aussi de parcours aux manades (troupeaux) de chevaux et de taureaux. L'espace supplée à la faible valeur fourragère de la végétation.