Le mot Fantasy ne me plaît pas. Le genre Fantasy semble impliquer, de ce que je retiens, que le récit se passe dans un monde plus ou moins médiéval... 

 

 

Je préfère parler de genre merveilleux : on dit qu’il y a du merveilleux dans une œuvre littéraire lorsque le surnaturel se mêle à la réalité ; le surnaturel étant accepté par le lecteur. L’univers merveilleux obéit à ses propres lois : il introduit dans le texte une logique à laquelle le lecteur doit souscrire pour que l’effet magique se produise. 

 

 

Dans le genre merveilleux : des choses extraordinaires se passent, et c'est normal 

Dans le genre fantastique : tout commence normalement, mais un beau jour, ou progressivement, des manifestations surnaturelles se passent, dans un lieu normal, affectant des individus normaux. 

 


 

Je range, personnellement, La mitraterre de monsieur Braphabar, tout comme L'écume des jours de Boris Vian, ainsi que Coeur de biniou (en cours d'écriture), dans le genre merveilleux. 

 

 

Philippe Demoule