Quelque chose ne tourne pas rond ces temps-ci en France. Depuis les récents attentats, il y a comme une hystérie qui flotte avec un relent nauséabond assez inquiétant. La sortie du roman de Michel Houellebecq a déclenché des passions et un tollé quasi général qui frise l'hystérie et demeure une énigme incompréhensible. Soumission, le roman de Michel Houellebecq est à peu près tout ce que l'on veut sauf précisément ce que l'on en dit. En fait de soumission, il est surtout question de celle des journaleux médiocres dont une partie se soumet servilement à la bien-pensance ambiante, tandis que l'autre se soumet non moins servilement, par carriérisme, à l'exigence de l'élite politico-médiatique qui semble elle-même aux abois. Combien de ces journaleux médiocres qui se sont exprimés pour condamner cet auteur ont-ils lu ce roman ? Sans doute ne sont-ils pas nombreux. Sans doute bien peu ! Quand on lit les éditions numériques des articles qu'ils commettent, quand on compte les fautes d'orthographe qu'ils parsèment sur leurs torchons, quand on relève les incohérences et les approximations de leurs affirmations, on ne doute plus un seul instant de leur médiocrité et de leur incompétence. Ils ne savent pas écrire, mais croyez-vous qu'ils sachent lire ? J'en doute... 

 

 

Philippe Demoule